Blog navigation
Derniers articles

Qu’est-ce que le sevrage nicotinique et comment le mettre en place ?

3 Aimé

En quelques années, la cigarette électronique est devenue le premier outil de sevrage tabagique en France. Officiellement, les français seraient déjà 700 000 à avoir arrêté de fumer grâce à la e-cigarette. L’arrêt de la cigarette traditionnelle et du tabac est une première belle victoire. Mais pour certains, ce n’est qu’une première étape. La seconde étant le sevrage nicotinique.

Comment réussir à atteindre le fameux 0mg/ml de nicotine ? A travers cet article, nous vous apportons les premiers éléments de réponse.

Qui peut commencer un sevrage nicotinique ?

Avant tout, il est important de savoir que pour entamer un sevrage nicotinique, il faut déjà avoir réussi son sevrage tabagique. Pour s’assurer que ce premier sevrage est passé, il faut que vous soyez sûr que vous n’avez plus envie de fumer une cigarette traditionnelle. Si à n’importe quel moment de la journée, une envie de fumer une cigarette apparaît en vous, alors votre sevrage tabagique n’est pas encore terminé. A ce moment-là, réduire le taux de nicotine de votre e-liquide risque de vous créer un manque supplémentaire qui pourrait vous conduire à refumer.

Dans le cas d’un sevrage tabagique, la nicotine se révèle être une alliée pour vous tenir éloigné de la cigarette traditionnelle. Certes elle crée une dépendance et il est normal de vouloir s’en débarrasser, mais ce n’est pas sa présence dans la cigarette classique qui est dangereux pour la santé.

Pour bien commencer son sevrage nicotinique, il faut être assuré de ne plus avoir envie de fumer une cigarette. Il faut être durablement éloigné du tabac, dans le risque de réduire en cendre son sevrage tabagique et d’éloigner encore plus son sevrage nicotinique.

Pourquoi devenons-nous dépendants de la nicotine ?

Pour réussir à réduire sa dépendance à la nicotine, il faut avant tout comprendre comment celle-ci fonctionne. La nicotine agit directement sur le cerveau : il se fixe sur des récepteurs et stimule le système de récompense qui libère alors de la dopamine, l’hormone du plaisir.

Quand on commence à fumer du tabac, la nicotine va d’abord multiplier les récepteurs dans le cerveau. Plus ils sont nombreux et plus ils vont demander de la nicotine. C’est comme cela que la dépendance apparaît. Ces récepteurs ne se démultiplient pas à l’infini. Après quelques mois à fumer, un niveau de besoin en nicotine moyen s’établit : c’est pour cela que la consommation de cigarettes des fumeurs est stable dans le temps.

La différence entre la nicotine dans le tabac et la nicotine dans les substituts nicotiniques

La nicotine n’agit pas de la même manière sur le cerveau quand on la fume ou quand elle est prise grâce à des substituts nicotiniques. Quand elle est fumée avec du tabac, la nicotine arrive en moins de 20 secondes au cerveau, et provoque des pics nicotiniques intenses. Ces pics sont notamment les principaux responsables de la multiplication des récepteurs dans le cerveau, et donc du développement du phénomène de manque.

Alors qu’avec des substituts nicotiniques (comme les patchs ou les gommes à mâcher par exemple…) ou la cigarette électronique, la nicotine met beaucoup plus de temps à être délivrée au cerveau. Les pics de nicotine qui sont envoyés lorsqu’on la fume vont être limités par les substituts nicotiniques et la e-cigarette. L’objectif ici sera d’avoir une concentration de nicotine suffisante dans le sang pour être comblé et ne pas ressentir de manque.

L'autotitration

L’autotitration est un phénomène naturel chez les fumeurs dont beaucoup n’ont pas conscience. En fonction de ses besoins en nicotine, chaque fumeur est capable d’adapter sa façon de fumer, en prenant des bouffées plus ou moins longues, en gardant la fumée plus ou moins longtemps dans ses poumons…